Réalisez vous-même votre liqueur à base de baies de myrte !

Vous êtes amateurs de boissons alcoolisées mais vous ne pouvez pas vous offrir des vins haut de gamme ? Les liqueurs bon marché ne sont pas bonnes à votre goût ? Apprenez à faire, vous-même, un breuvage de qualité à base de baies de myrte. Dans cet article, vous trouverez comment procéder étape par étape.

Comment faire son alcool soi-même avec les baies de myrte

L’un de vos amis vous a parlé de l’incontournable apéritif qu’il a dégusté lors de son passage en Corse, et vous êtes curieux et désireux d’en goûter ? 

Ou bien vous souhaitez retrouver le goût succulent de ce breuvage, en souvenir de votre propre voyage en Corse ?

Quelle que soit votre raison, vous aimeriez savoir où trouver du vin de myrte ou combien coûte-t-il ? Et pourquoi ne pas en faire vous-même ?

En effet, il existe diverses façons et différentes recettes pour préparer son alcool à la maison.

Nous allons aborder, dans cet article, les deux techniques pour fabriquer votre boisson alcoolisée avec du myrte.

1- Réaliser une liqueur de myrte soi-même

Pour ce faire, vous aurez besoin de :

Ingrédients :

  • 50 g de baies de myrte de bonne qualité,
  • 75 cl d’alcool de couleur transparente à 55°, ici du Rhum,
  • 100 g de sucre de canne et 15 cl d’eau (pour le sirop).

Ustensiles :

  • Un bocal ou une bouteille en verre d’un (01) litre,
  • Un chinois,
  • Une casserole,
  • Et une cuillère en bois.

L’étape essentielle pour la fabrication de l’eau de vie est de faire macérer vos baies de myrte dans de l’alcool, du Rhum, par exemple. Néanmoins, veillez à ne pas choisir un alcool inférieur à 55°, sinon les baies de myrte risqueront de ne pas cuire, suffisamment.

Voici comment macérer les baies de myrte :

Pour un (01) litre de boisson :

  • Mettez 40 g de baies de myrte dans un bocal d’un (01) litre, ou, à défaut, une bouteille en plastique, type coca cola, fera très bien l’affaire,
  • Ensuite, versez dessus l’alcool de votre choix,
  • Fermez le bocal (ou la bouteille) et,
  • Laissez macérer pendant un (01) mois, dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

Remarque : pour plus de gourmandise, vous pouvez doubler les proportions, afin d’obtenir deux (02) litres de boisson.

Conseil : inscrivez sur le couvercle la date du début de macération, pour ne pas l’oublier.

  • Après l’écoulement d’un mois, ouvrez votre bocal et,
  • Transvasez-le dans un autre récipient à l’aide d’un chinois, ou tamis, afin de ne garder que le jus obtenu des baies.
  • Mettez ensuite, la liqueur filtrée, dans une bouteille pour vous en servir facilement.

Grâce à la couleur violette du myrte, on obtient un jus sublime, de couleur pourpre.

Après la macération, la préparation du sirop

Maintenant que vous avez récupéré le jus de vos baies, procédez à la réalisation du sirop. Pour ce faire, porter à ébullition le sucre et l’eau dans une casserole. Remuez avec votre cuillère en bois pendant cinq (05) minutes. Puis laissez-le refroidir, hors du feu.

Une fois refroidi, ajoutez le sirop au jus de baies de myrte. Et voilà ! Vous avez réussi à fabriquer votre boisson alcoolisée. À consommer avec des glaçons, de préférence. Mais surtout avec modération ! La liqueur de myrte est très forte.

Où trouver des baies de myrte de qualité

Le myrte est un produit typiquement méditerranéen. Il s’agit d’un arbuste qui pousse essentiellement en Corse et en Sardaigne, dont les feuilles et les baies sont utilisées en phytothérapie ainsi qu’en cuisine.

Pour acheter des baies de myrte de qualité supérieure mais surtout 100% Corses, rendez-vous sur : https://www.macchia.fr/produit/baies-de-myrte-50g/

Les baies sont fraîchement récoltées sur les branches, en hiver, et transformées dans l’exploitation Macchia, en Haute-Corse, France.

2- Réaliser du vin de myrte soi-même

Nous avons abordé, ci-dessus comment préparer une liqueur. Cependant, si vous n’êtes pas amateurs des boissons très sucrées, vous pouvez faire du vin à base de myrte également !

  • Récupérez les baies de myrte alcoolisées que vous avez filtrées,
  • Écrasez-les,
  • Utilisez-les pour aromatiser le vin de votre choix (vin rouge par exemple),
  • Laissez les baies macérer pendant quelques jours (ou semaines),
  • Filtrez le liquide et mettez-le dans une bouteille,
  • Servez-vous !

Notez que le vin ou la liqueur de myrte se déguste en digestif après un repas très copieux, par exemple.

Désormais, vous savez comment régaler vos convives pendant vos apéros ! Quoique, siroter un bon verre ne nécessite pas d’avoir des invités. Vous pouvez vous faire plaisir, et déguster votre liqueur de myrte, devant un film ou en lisant votre nouveau roman.

La terre et ses habitants producteurs

Quoi de plus beau que le travail de la terre ou plus simplement de pouvoir récolter le fruit de sa production naturelle. 

Il y a des artisans de cette récolte sauvage et simple. Lorsque nos ancêtres étaient glaneurs et non fermiers établis. Les aromates illustrent bien ce propos car ils sont tels que la nature les fait pousser et la différence entre du sauvage et du cultivé se retrouve vraiment au niveau des essences. 

Pourquoi vouloir cultiver ce qui pousse à côté de soi ? Mais je comprends que dans beaucoup d’endroits les terres sont clôturées,parqués et autres processus d’attribution. En Corse ce n’est pas encore le cas. Beaucoup de terrains sont aussi laissés pour compte. Fruit d’un héritage non divisé. D’une mauvaise entente familiale. 

On peut alors récolter simplement ce que l’on trouve tel que le fait la plupart des agriculteurs.

A partir de ces aromates on les fait sécher pour les réduire en bâtonnets ou les moudre pour les préparer en cuisine. D’autres distillent les essences pour faire des huiles essentielles et hydrolat. 

L’huile essentielle est le concentré qui se trouve sur le dessus de la distillation. Très condensé et de couleur blanche transparente ou jaune. L’hydrolat est blanche et est rarement utilisé commercialement à part l’eau de fleur d’oranger. 

On peut aussi faire des gelées de ces plantes. Avez vous goûté la gelée de Nepita ? Cet aromate si puissant que l’on trouve un peu partout en moyenne montagne. C’est une douceur sucrée et riche en menthe. 

Vous pouvez aussi découvrir des arbres fruitiers qui produisent encore sans taille de l’homme, mais cela est beaucoup plus rare. Car souvent les arbres plantés par l’homme nécessitent un entretien régulier. Et ceux poussant naturellement ne sont pas aussi riches en fruits doux et sucrés mais peuvent se trouver plus acides. 

La nature est prodigieuse car elle est simple et sauvage. Les ronces et les lierres ornent votre parcours. Les fougères sont toujours à l’affût pour se développer.

 On sent cette puissance et ces luttes végétales lorsqu’on se balade en forêt. À l’arbre qui pousse le plus haut. Qui prendra le plus de lumière. C’est une lutte lente pour nous mais sachez que certains oliviers découverts dans un biotope du nord de l’Europe. À proximité d’une source chaude, possède des arbres de plus de 5000 ans. Ils poussent doucement et sereinement dans cette vallée préservée de l’homme.

Après tout, ne sommes-nous pas des destructeurs car nous voulons la remodeler à notre goût. Quand avons-nous songé à préserver cette nature ? Lorsqu’elle a commencé à manquer. 

Il reste encore des endroits beaux et sauvages mais pour combien de temps seront-ils là ? 

Hello world!

Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!